• par (Libraire)
    11 décembre 2017

    Un roman fascinant

    Un roman fascinant, qu'est à la fois le portrait du "docteur" Mengele, médecin chef à Auschwitz, dont ne ressent au bout du compte qu'arrogance et médiocrité. Le récit ahurissant d'une traque de 30 ans, où grouillent anciens Nazis, dictateurs sanguinaires et obscurs agents israéliens. D'où émergent les figures ambiguës de Juan et Eva Peron.


  • 30 novembre 2017

    fuite

    Nous connaissons tous ce triste patronyme et les crimes imputés à la personne.

    Dans ce roman-vrai, l’auteur décrit la cavale après-guerre du médecin d’Auschwitz qui croit encore au retour de l’Ordre Nouveau.

    Nous découvrons un homme qui vit dans le passé et la grandeur perdue du Reich. Un homme en fuite qui ne se mêle pas à n’importe qui malgré tout, il en va de son standing.

    Un homme que sa famille aide financièrement jusqu’au bout, étant incapable de subvenir à ses propres besoins.

    Un homme qui a besoin de s’épancher mais qui ne supporte pas la contradiction.

    Un homme qui a toujours obéi à son père qui l’oblige à se marier à la veuve de son frère.

    Un homme qui a fini sa vie dans la peur comme les milliers de Juifs qu’il a « sauvé d’un travail harassant ».

    Un homme a qui sera refusé toute sépulture, son squelette servant même aux étudiants en médecine du Brésil.

    Un récit mené tambour battant qui décrit une vie de solitude.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des incessants aller-retour de Sedlmeier entre l’Europe et l’Amérique du Sud au secours de Josef.

    Une citation-mantra de Josef :

    « N’est perdu que celui qui s’abandonne lui-même » .

    http://alexmotamots.fr/la-disparition-de-josef-mengele-olivier-guez/


  • par (Libraire)
    2 novembre 2017

    UNE TRAQUE INCESSANTE

    Tout sur la vie d'après le nazisme sur ce docteur expérimentateur des camps de concentration; comment il a pu échapper jusqu'à sa mort en 1979 aux recherches le concernant. D'abord en Argentine puis Paraguay et Brésil où il s'est caché dans des fermes comme ouvrier . Il fut aussi aidé par d'anciens dignitaires nazis qui ont payé les familles d'accueil. Glaçant et passionnant!


  • par (Libraire)
    2 octobre 2017

    Coup de coeur de Sophie

    Josef Mengele est connu comme étant le bourreau d'Auschwitz et pour échapper aux conséquences de ses actes commis  dans le camp aidé par sa famille et un réseau de fidèles il s'enfuit clandestinement en Argentine en 1949  et mourra sur une plage brésilienne en 1979.

    C'est cette cavale  que nous raconte l'auteur en s'appuyant sur les archives et des témoignages et il nous dessine un personnage angoissé, paranoïaque, incapable de vivre seul, réclamant de ses proches argent et soutien, ne supportant pas cet exil mais vivant avec cette obsession de ne pas se faire prendre ou de se faire reconnaître.

    Ce qui transpire  à travers ce récit c'est ce sentiment qu'il ne se sent pas coupable ou responsable qu'il a agit pour la grandeur de son pays et pour créer "une race" forte ....
    C'est un livre passionnant et très documenté qui nous permet d'incarner un personnage honni de l'Histoire d'une façon certes romanesque mais que finalement je trouve à la fois très juste mais aussi très inquiétante car on s'aperçoit que c'était un être humain qui a commis l'indicible....


  • 24 septembre 2017

    Mengele, le mal incarné

    Qui est cet Helmut Gregor qui arrive à Buenos Aires au printemps 49 ? On sait qu’il a été nazi mais en Argentine, à cette époque, le mot ne fait pas peur : il y en a tellement dans ce pays, peu regardant sur le plus grand génocide que l’humanité a connu. L'homme est médecin mais il accepte des petits boulots en attendant l’avènement de l’Homme nouveau, lui le gardien de la pureté de la race. Car celui dont Olivier Guez a épousé la trace n’est autre que le médecin de la mort, Josef Mengele, tristement célèbre pour avoir commis l’horreur sur des enfants. Il intègre la « nazi society », mène grand train, protégé par ses réseaux et par l’argent de sa famille.

    **De nombreuses zones d'ombre**
    Une partie du monde se moque de ce qui s’est passé, tout à la reconstruction. L'autre chasse les nazis et le débusque en Argentine, le suit au Brésil, et le manquera de peu en Allemagne. Le criminel de guerre revient et pourra même être arrêté pour une banale histoire d’accident de voiture sans être inquiété. Pourquoi n’a-t-on jamais réussi à attraper cette figure emblématique du mal ? De quelles complicités actives Mengele a-t-il bénéficié ? Olivier Guez mène l’enquête et ressuscite tout un univers d’agents du Mossad, de monstres nostalgiques du Fuhrer, de femmes amoureuses prêtes à tout pour le sauver.
    Dans la plus noble tradition du journalisme littéraire à la Truman Capote, le récit de cet auteur qui avait reçu le prix allemand du meilleur scénario pour son film «Fritz Bauer, un héros allemand», fascine et fait froid dans le dos avec cette cavale qui n’en finit pas et surtout ce criminel qui ne ressent aucune culpabilité. Mengele finira sa vie noyé sur une plage du Brésil et de nombreuses zones d’ombre persistent dans cette histoire tragique. Une lecture nécessaire.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 11 septembre 2017

    Découverte Française

    " Sur les traces de l'un des plus "grands" criminels nazis, Olivier Guez produit un roman plus proche du travail d'investigation que de la fiction. Si l'auteur s'autorise une interprétation du personnage, les faits sont eux parfaitement documentés et reconstituent au plus près la fuite en Amérique du Sud et la traque.
    La lecture est ainsi addictive, telle serait celle d'un thriller avec un "héros" nauséabond. le triste Sire s'impose dans toute sa pathologie de folie, de violence, de rancoeur et d'auto apitoiement. Ses années de fuite éclairent ce que l'histoire a déjà retenu: la complaisance du régime des Perón pour la communauté nazie qui se reconstitue en Argentine, les années confortables pour d'improbables individus qui refont leur vie, remontent des affaires, délirent de projets de reconquête, sans jamais être capables de se remettre en question et faire quête de rédemption.
    Dérangeant, captivant, remarquable."


  • par (Libraire)
    29 août 2017

    La disparition de Josef Mengele

    C'est le parcours d'un personnage glaçant qu'Olivier Guez a choisi d'explorer à travers ce roman très documenté. En 1949, Josef Mengele, médecin tortionnaire d'Auschwitz, arrive à Buenos Aires. Caché derrière un pseudonyme, il croit pouvoir s'inventer une nouvelle vie dans l'Argentine bienveillante de Perón. Mais ses crimes le rattrapent et il va errer de planque en planque, déguisé et rongé par l'angoisse, mais sans jamais exprimer aucun remords...
    Une plongée au cœur des ténèbres.


  • par (Libraire)
    25 août 2017

    Un texte extrêmement surprenant

    Olivier Guez retrace le parcours de Josef Mengele, l’infâme médecin des camps de concentration qui en 1949, croyant se refaire une virginité et réinventer sa vie, décide de partir en Argentine (il ne sera pas le seul…). L’homme restera jusqu’au bout fidèle à son passé nazi qui le rattrapera bien des années plus tard. L’histoire est vraie, insensée : la cavale durera plus de 30 ans.
    Enquête minutieuse, écriture distanciée et rappel à l’ordre toujours salutaire pour ce texte extrêmement surprenant !


  • par (Libraire)
    25 août 2017

    Fin des années 40. Mengele, le médecin de la mort gagne l’Argentine, point de départ de cette course effrénée qui relate la traque de l’officier nazi jusqu’à sa mort énigmatique en 1979. Mais au-delà de l’aspect historique, l’auteur restitue habilement la mentalité de cet homme, qui n’a jamais remis en question ni ses actes, ni sa façon de penser, persuadé jusqu’au bout de la supériorité de la race aryenne. Un roman qui dépasse l’aspect historique pour scruter l’âme de l’un des pires tortionnaires du XXème siècle.


  • par (Libraire)
    25 août 2017

    Un roman-vrai passionnant sur la cavale, l'errance et la traque de Josef Mengele surnommé, à juste titre, l'Ange de la mort ...
    Ce criminel de guerre exerça comme médecin dans le camp de concentration d'Auschwitz durant la seconde guerre mondiale.
    Durant trente années, il va se cacher, dissimuler son identité et ne sera jamais arrêté ni jugé !
    Très intéressant !