Au petit bonheur la chance

Au petit bonheur la chance

Aurélie Valognes

Fayard/Mazarine

  • par (Libraire)
    6 juin 2018

    Un été avec Mémé Lucette

    Nous sommes en juillet 1968. Les manifestations étudiantes ont laissé la place aux beaux jours de l’été, et un doux parfum de liberté plane sur la France. Jean, six ans, a été confié à sa grand-mère par sa mère, le temps que celle-ci gagne la capitale pour y tenter sa chance. Ainsi, le petit garçon passe des vacances forcées dans la campagne près de Granville, laissé aux bons soins de Mémé Lucette, dont la résistance au progrès n’a d’égal que sa passion pour le tricot. Entre l’absence de frigo, les balades quotidiennes au cimetière et les voisines du dessus qui ont peur de l’orage, Jean découvre un monde où le temps n’a pas de prise.

    Pour son quatrième livre, Aurélie Valognes signe ici une histoire qui fleure bon la nostalgie. Tout le monde se rappellera du papier peint coloré de l’époque hippy, du torchon humide posé sur la fenêtre pour garder les aliments au frais, ou encore des courses endiablées de billes sur la plage. Un livre idéal pour les vacances, ou, pour les moins chanceux, pour s’extraire du rythme effréné de la vie quotidienne.


  • 1968. Du jour au lendemain, Jean, 6 ans, est confié à sa grand-mère, Mémé Lucette. Pour l'été d'abord. Puis pour toujours. Aucun des deux n'avait prévu ça ! La vie se passe, vaille que vaille, à Granville, en Normandie, pour ce duo improbable et attachant. Entre joies et peines. Entre plaisirs et déceptions. La vie n'est pas simple, pas juste mais l'amour adoucit tout. Un conte optimiste, comme l'auteur se plaît à le présenter, pour une cure de bonne humeur garantie. Parce que derrière chaque imprévu de la vie se cache une chance d'être heureux !


  • par (Libraire)
    16 avril 2018

    Touchant !

    Impossible de ne pas se prendre d'affection pour le petit Jean qui réussit à s'épanouir malgré un début de vie bien difficile, marquée par plusieurs absences.
    Ce récit fait immanquablement remonter nos plus beaux souvenirs d'enfance à la surface.


  • par (Libraire)
    3 avril 2018

    Nous sommes en 1968 à Granville, petite commune de Normandie.
    La vie de Jean, petit bonhomme de 6 ans, bascule le jour où Marie, sa maman, décide de le confier à sa grand-mère ....pour l'été au départ, puis pour toujours peut-être ...Elle espère "réussir" à Paris.
    Les choses ne vont pas se dérouler comme prévu !
    Dans ce quatrième opus, le style est plus affirmé, l'auteur plus averti ...
    Un bon moment de lecture avec ce qu'il faut d'émotion et de "feel-good" !
    Et des titres de chapitre toujours aussi chouettes !
    Pour les amoureux des petits riens du quotidien qui embellissent nos journées !