Les falsificateurs

Antoine Bello

Folio

  • par (Libraire)
    19 octobre 2016

    Notre rapport à la fiction

    Ce livre se lit à plusieurs niveaux. D'abord c'est un excellent roman, haletant (et d'ailleurs, sur les conseils d'une amie, j'ai bien fait d'acheter les Éclaireurs avant d'être trop avancé dans les Falsificateurs). Et surtout c'est un roman qui pose la question de notre rapport à la fiction, et à l'information. Que sommes-nous prêts à croire ? À faire croire si nous en avions le pouvoir ?


  • 28 août 2015

    mensonge

    J’aime la plume d’Antoine Bello qui m’avait déjà charmé avec "Roman américain" .

    Cette fois-ci, il s’agit d’une trilogie dont la première partie m’a passionnée. Même si parfois, l’auteur me parle de façon un peu trop détaillée à mon goût de finance (passages que j’ai lu en diagonale, il faut le dire).

    J’ai aimé cette organisation mystérieuse dont les buts et les financements restent encore opaques.

    J’ai aimé découvrir les falsifications mondiales dont l’auteur se fait écho. Même si cela a déclenché en moi une espèce de paranoïa vis-à-vis des informations nationales et internationales.

    La seconde partie m’attend déjà.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la neige et de la foret à Krasnoyarsk dans lesquels le héros part faire de longues promenades solitaires.

    https://alexmotamots.wordpress.com/2015/08/26/les-falsificateurs-antoine-bello