A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

François-Régis SIRJACQ (Libraire)

3 septembre 2021

Portrait cruel d'une famille

Opérée suite à une lésion oculaire, L. cherche dans son passé l'origine de cette blessure. Durant les 17 premières années de Louvette, elle lit tout haut tout ce qui passe devant ses yeux, son entourage s'interroge : elle déchiffre le journal, les publicités, et naturellement, les livres. Cette jeune fille amoureuse des animaux et des livres va apprendre à voir les choses, puis se taire. Lorsque l'école ferme, Louvette dévore les livres que la mère lui achète en espagnol. C'est comme si le français hibernait pendant l'été. Mais Louvette ne l'oublie pas. Portrait cruel d'une famille, ce premier roman mêle insolence et gravité, fausse naïveté et débordements érotiques, à travers les yeux d'une enfant sauvage jamais domestiquée.

Prix Médicis 2021

Flammarion

19,50
3 septembre 2021

Ce livre est fort, il interpelle, il nous aide à comprendre.

Christine Angot revient sur l’inceste infligé par son géniteur lors de ses 13 ans. Le récit des faits est cru, horrible, souvent insupportable à lire. Notre époque donnant enfin la parole aux victimes, Christine Angot avait envie d’apporter sa pierre à l’édifice. Elle explique la technique des prédateurs, l’emprise de ceux-ci, mais aussi le silence lourd de ceux qui savaient. De plus elle décrit les ravages de ces incestes et les conséquences futures des relations amoureuses par la suite, la honte.
Ce livre est fort, il interpelle, il nous aide à comprendre.

3 septembre 2021

Un roman fort et passionnant.

A partir de cette fameuse carte postale, énigmatique, reçue en Janvier 2003, Anne Berest, en narratrice, nous entraîne dans l’enquête passionnante qu’elle a menée sur l’histoire de sa famille. Tout d’abord, nous découvrons le parcours de la famille Rabinovitch, un parcours et un destin à la fois romanesque et tragique : cette famille a fui la Russie, dans les années 20, pour la Lettonie, puis pour la Palestine rejoindre ses parents, avant de partir à Paris où arriveront la guerre et le désastre pour cette famille. Seule, Myriam, la fille ainée des Rabinovitch échappera au malheur : est-ce parce qu’elle a épousé Vicente, le fils de Picabia et de Gäbrielle ? La narratrice dirigera, alors son enquête sur cette grand-mère, qui se mariera une seconde fois, pour tenter de percer les nombreux mystères de la vie de cette femme.
Autour et grâce à ces recherches, la narratrice tentera de résoudre cette quête initiatique sur la signification du mot « juif ». Un roman fort et passionnant.

3 septembre 2021

Estelle-Sarah Bulle est une immense et merveilleuse conteuse !

1958, Aurèle Marquant arrive au Brésil avec l'intention de tourner le film « Orfeu Negro ». A l'exception de Gipsy Dusk, danseuse américaine métisse, femme du réalisateur, tous les autres acteurs seront des amateurs noirs recrutés sur place. Ce roman raconte toute l'épopée de création du film à travers une aventure qui nous fait découvrir Rio, ses favelas, la construction de la ville nouvelle de Brasília, la Bossa nova, les relations avec la CIA et les milieux culturels Français et Brésiliens jusqu'au festival de Cannes 1959 qui va consacrer le film « Orfeu Negro » avec la palme d'or.
Il n'y a pas à tergiverser : Estelle-Sarah Bulle est une immense et merveilleuse conteuse !

Albin Michel

19,90
23 août 2021

Décidément Paul Lynch est un grand écrivain

Dans une région sud- américaine, une tempête est annoncée : Bolivar, pêcheur invétéré, veut persuader Hector de l’accompagner : pour cela, il va faire tomber les dernières résistances de celui-ci et l’invite à prendre la mer avec lui. Cependant la mer est impitoyable et les voilà prisonniers de l’immensité de l’Océan Pacifique. Intimité oblige sur une embarcation, celle-ci va souder nos 2 compères, et ce malgré les limites de l’espérance, voire la foi. Ce face à face est énorme, passionnant. Paul Lynch, avec talent, explore à merveille la condition humaine, rejoignant ainsi le grand Ernest Hemingway.
Décidément Paul Lynch est un grand écrivain.