Romuald M.

La Saga de Grimr, Fauve d'Or - Prix du Meilleur Album du Festival d'Angoulême 2018

Fauve d'Or - Prix du Meilleur Album du Festival d'Angoulême 2018

Delcourt

25,50
par (Libraire)
24 février 2018

La saga de Grimr

Fin du XVIIIe siècle, l’Islande subit le joug du royaume danois et ne doit sa survie qu’aux importations. Grimr, un jeune islandais ayant perdu sa famille dans l’éruption d’un volcan, se fait capturer par des mercenaires. Mais l’Islande est une île marquée par la terre et le feu, et Grimr porte désormais son héritage : faisant preuve d’une force colossale, il réussit à s’enfuir grâce à l’aide d’un voleur, qui le prendra sous son aile jusqu’à l’âge adulte.
La saga de Grimr, en fin de compte, est une fresque de l’Islande rendant hommage à sa beauté sauvage. Grimr, en pleine quête initiatique, parcourt les terres de son île natale, porté uniquement par sa fureur de vivre. Sans famille, dans un monde où on ne survit pas seul, notre héros évolue en marge de la société, repoussé à cause de son apparence et de la superstition, alors que son seul but est d’inscrire son nom dans l’histoire. Jérémie Moreau signe ici un récit d’une puissance évocatrice phénoménale, où la brutalité de ses peintures dessine une Islande battue par les éléments et habitée par des colons rendus aussi sauvages que son climat. Au fil des pages, on découvre ainsi la culture et les lois du peuple islandais, la dureté de son environnement et les étendues barbares mais magnifiques de l’Islande.

Jérémy Moreau avait déjà reçu lors du festival d’Angoulême le prix de la bande dessinée scolaire en 2005, ainsi que le prix jeune talent et le prix de la meilleure bande dessinée francophone (choix polonais) en 2012 pour le Singe de Hartlepool. Cette année, la saga de Grimr récompense son travail en recevant le Fauve d’Or à Angoulême, consacrant Jérémy Moreau en tant qu’auteur de la nouvelle génération de bédéistes de la scène française.

Ça pousse comment ?
par (Libraire)
26 août 2017

Savez vous planter les choux ?

Sophie habite en ville, alors lorsque elle part en vacances chez ses grands-parents, c’est l’occasion idéale pour apprendre comment poussent les légumes qu’elle retrouve au supermarché. Accompagnée de Grand Jean, Grand-mère et de Tom le petit voisin, Sophie aide au jardin et découvre avec nous les légumes, les outils et les petites bêtes. Chaque double page permet à l’enfant de retrouver dans l’image les mots du texte, tandis que des petites notes disséminées donnent plus d’informations sur la faune, la flore et les techniques de jardinage. Disponible en grand et petit format.

Les plantes ont-elles un zizi ?, ... et autres questions fondamentales sur les végétaux

... et autres questions fondamentales sur les végétaux

Actes Sud

19,00
par (Libraire)
26 août 2017

Les plantes ont-elles un zizi ?

Sous ce titre énigmatique et pour le moins accrocheur se cache un superbe livre de vulgarisation richement illustré. Plutôt destiné aux ados, les sujets abordés intéresseront tout autant les adultes avides de connaissances grâce au sérieux avec lequel ils sont traités. Découpé en plusieurs parties traitant chacune une question, on y découvrira par exemple si une plante fait ses besoins, se déplace ou encore la force dont elle peut faire preuve.

La horde du contrevent
par (Libraire)
26 août 2017

Sur la trace de l’Extrême-Amont

La Horde du Contrevent, c’est 23 personnages, tous différents, lancés dans la quête de l’origine du vent soufflant en permanence sur le monde. C’est aussi 23 narrateurs, tous différents, avec leur propre point de vue et racontant chacun à sa manière leur parcours au fil des pages et du vent. Alain Damasio signe ici un chef d’œuvre, un petit bijou dans l’histoire de la littérature de l’imaginaire française. A consommer sans modération.

La vie secrète des arbres, ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent

ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent

Les Arènes

20,90
par (Libraire)
26 août 2017

Plongée entre les racines d'une forêt.

Peter Wohlleben a travaillé pendant 20 ans en tant que forestier. Chargé de produire suffisamment de matière première pour l’industrie du bois, il a redécouvert peu à peu l’affection et l’admiration qu’il portait aux arbres quand il était jeune. C’est cet amour qu’il partage avec nous, armé des découvertes scientifiques des 50 dernières années. Dans cet ouvrage de vulgarisation devenu un véritable plaidoyer pour les forêts, Peter nous emmène à la rencontre d’une vraie communauté d’êtres vivants, avec leurs propres moyens de défense, de mémoire et de communication. Il gère désormais une forêt écologique, en accord avec ses principes.