Lady K "http://antredeslivres.blogspot.com"

http://antredeslivres.blogspot.com/

Que dire, que dire ?
Et bien tout simplement que je suis mordue de lecture, je ne peux tout simplement pas m'en passer ... J'adore la lecture depuis toute petite ! C'est un vrai moment de détente.
Depuis quelques temps je tiens un blog qui fait part de mes lectures et ressentis à ceux qui me liront ... j'aime partager les impressions sur nos lectures ! Alors n'hésitez pas, je vous répondrais !

Complot 1, L'école des mauvais méchants / Complot
20 août 2019

Une bonne lecture !

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, être méchant n’est pas si simple. Il faut être ignoble et abjecte en toutes circonstances. Ceux qui n’y arrivent pas sont envoyés dans l’école de Veldin Drexler, où ils réapprennent toutes les bases de la méchanceté. C’est le cas de Rune, Jezebel et Loup Junior qui, malgré leur ascendance maléfique, ne parviennent pas totalement à étouffer leur bonté naturelle.

Afin de les endurcir et qu’ils fassent leurs preuves, on leur confie un complot des plus ambitieux – pour ne pas dire quasiment impossible à réaliser dans le temps imparti. S’ils ratent, ils devront faire leurs bagages et – quelle déchéance – se faire une place dans le monde des gentils ! Loin de se laisser abattre, les trois compères se mettent au travail sans tarder et vont aller de surprises en surprises.

J’ai ouvert ce premier tome sans être franchement emballée, je dois bien l’avouer… et au final je me suis régalée ! L’univers créé par l’autrice est très intéressant. Il y a beaucoup de clins d’œil à nos contes traditionnels et suivre l’histoire du point de vue de méchants (pas si méchants – malheureusement pour eux) m’a beaucoup plu. On s’attache très rapidement à notre trio et on croise les doigts pour qu’ils réussissent sans encombre.

En conclusion, cette petite lecture jeunesse s’est révélée être une bonne découverte et une belle surprise. J’ai apprécié l’univers créé par Stephanie Sanders et ses personnages diablement attachants.

La Dernière Reine
15 juillet 2019

Magnifique !

À la suite de son deuxième veuvage, la jolie Catherine Parr pense être enfin libre de toute entrave et souhaite se remarier avec Thomas Seymour, le bel apollon qui fait battre son cœur et vibrer son corps. Malheureusement pour elle, son joli minois a attiré l’attention d’Henri VIII, qui lui demande sa main sans tarder. Obligée d’accepter ce mariage qui la dégoûte au plus haut point, elle fait contre mauvaise fortune bon cœur, se lançant corps et âme dans cette union qui lui a été imposée.

Si les débuts sont plutôt heureux, voire même étonnamment doux, les choses se gâtent assez rapidement. Le souverain, rendu irascible par une vieille blessure qui refuse de guérir, a des sautes d’humeur très fréquentes, ordonnant tout et son contraire dans la même journée. Dans ces conditions, le moindre faux-pas peut être fatal. Ces quatre années de mariage sont éprouvantes et semées d’embûches, de complots et de manipulations… Heureusement, Catherine est une femme intelligente, forte et entourée d’amis fidèles.

Avec ce roman, je n’étais pas une simple lectrice-spectatrice ; au contraire, j’ai eu l’impression de vivre l’Histoire, de plonger la tête la première dans les intrigues de la cour d’Henri VIII. Philippa Gregory est une conteuse hors pair. Sous sa plume, les personnages deviennent réels, ils semblent prendre vie sous nos yeux. J’ai vibré pour Catherine, j’ai pleuré pour elle et mon ventre se tordait d’appréhension lorsque son avenir était menacé (alors même que je connaissais déjà le dénouement…). Les épreuves qu’elle a traversées m’ont captivée du début à la fin. Bien que "La dernière Reine fasse" plus de 600 pages, cette jolie brique se dévore en un rien de temps, car le récit est prenant et bien écrit.

"La dernière Reine" raconte comment Catherine Parr a réussi l’exploit de survivre au sanguinaire Henri VIII. Le récit est passionnant, l’intrigue ne connaît aucun temps mort et le style de l’autrice est plus qu’efficace. Un roman que je recommande chaudement. Cette lecture a été un vrai coup de cœur.

Veronique Foz

Oskar Éditeur

13,95
14 juillet 2019

Bien

Élodie a un super pouvoir depuis la naissance de son frère : elle est invisible. Tout du moins, elle en est convaincue. En effet, depuis l’arrivée de son cadet, l’attention de ses parents, de son entourage, est focalisée sur ce petit être à cause de sa différence : il est autiste.

Bien des années plus tard, lorsque Karim – un terminal qui lui enseigne le piano – se fait poignarder devant le lycée, Élodie est effondrée. Et elle repense à cette époque où elle traînait avec sa bande de « super-héros ». Si seulement ils avaient vraiment des pouvoirs, elle pourrait peut-être sauver celui dont elle est secrètement amoureuse. Et si… c’était possible ? Si elle pouvait remonter le temps, arriverait-elle à changer le cours des choses ?

"Les ailes du papillon" est une lecture plaisante. J’ai aimé l’utilisation faite de l’effet papillon, et la relation entre Élodie et son frère est touchante, car pleine de tendresse. Cependant, je ne pense pas garder cette histoire très longtemps en mémoire. Elle permet de passer un bon moment.

Mariage à durée déterminée
9 juillet 2019

Une bonne romance

Tout commence par une petite annonce des plus étranges : « cherche fausse épouse ». En effet, afin de venger sa sœur, Owen Philips souhaite infiltrer un séminaire pour couples à problèmes. Sauf qu’il est célibataire. C’est là qu’intervient Lindy, qui va jouer le rôle de Mme Philips, afin de parfaire la couverture du jeune homme. Juste un rôle pour sauver les apparences, aucun contact intime entre les « époux » n’est nécessaire… Et elle va pouvoir profiter de trois semaines tous frais payés dans un palace des plus luxueux, entourée d’un personnel aux petits soins et avec un gros chèque à la clé. Le job de rêve ! Tout du moins, ça aurait pu l’être… Car l’attraction entre eux est de plus en plus forte, et il devient très difficile d’y résister.

D’un côté, on a Owen, l’homme fort et indépendant qui ne souhaite pas s’attacher.
De l’autre, on a Lindy, une jeune femme au grand cœur, qui croit en l’amour véritable. Elle est vulnérable, mais trouve le courage de garder ses convictions jusqu’au bout, quitte à subir quelques écorchures au passage.
J’ai beaucoup aimé l’alchimie qui s’installe peu à peu entre les deux protagonistes. Et même si la romance est un peu rapide pour être tout à fait crédible, elle donne des papillons dans le ventre !

Le petit plus de cette comédie romantique, c’est l’enquête qu’il y a en arrière-fond. Car si Owen et Lindy se retrouvent tous les deux dans la même suite, c’est qu’à la base, ils viennent enquêter sur les activités d’un homme qui n’a pas hésité à escroquer la sœur d’Owen. Certes, ce n’est pas une enquête digne des Experts, mais elle a le mérite d’être là et d’ajouter un peu de piment à l’histoire.

Sorry

Le Livre de Poche

7,60
9 juillet 2019

À ne pas mettre entre toutes les mains !

Autour d’un verre, quatre amis ont une idée un peu folle : créer une agence qui s’excuse à votre place. Adultère, licenciement abusif, culpabilité étouffante… peu importe la raison, l’agence Sorry s’occupe de tout. À leur grande surprise, le concept plaît beaucoup et les affaires marchent bien. Grâce à leur succès et au bouche-à-oreille, l’agence gagne en notoriété… jusqu’à attirer l’attention d’un meurtrier. Ce dernier va se servir d’eux pour alléger sa conscience et s’excuser auprès de ses victimes. Pour nos quatre amis, l’enfer commence.

Ce qui est le plus surprenant dans ce roman, c’est sa construction. Les points de vue sont très nombreux et n’arrêtent pas de changer. Certains narrateurs sont énigmatiques, comme les chapitres consacrés à « Toi » ou ceux qui suivent « L’homme ». Cela pique la curiosité du lecteur et donne envie de continuer afin de découvrir ce qui se trame. Car il faut bien le dire, on a un peu l’impression que ça part dans tous les sens, on ne voit pas les liens… alors qu’en fait, tout est connecté et on s’en aperçoit petit à petit.

"Sorry" est un thriller efficace et prenant. Aucun doute là-dessus. Sa construction est intéressante et permet de capter l’attention du lecteur. Cependant, l’auteur ne fait pas dans la dentelle et certaines scènes sont vraiment très dures à lire. Âmes sensibles s’abstenir.
Un thriller qui sort de l’ordinaire. J’ai apprécié la multiplicité des points de vue et la façon dont ils se recoupent. Toutefois, il est dommage que la fin soit aussi floue et que certains passages soient insoutenables (pour moi…).