Agnès L.

La fièvre
19,90
par (Libraire)
15 septembre 2020

Memphis 1878, Emmy jeune métisse frétille. Dans quelques jours, son père blanc viendra à sa rencontre. Elle attend cet instant depuis longtemps. Malheureusement, l'homme qui descend du bateau et fait une halte au bordel de Anne Cook s'écroule en pleine rue au petit matin foudroyé d'un mal mystérieux qui ne tarde pas à s'étendre en ville. La Panique aussi. Abandonnée aux pillages Memphis s'enfonce dans le chaos. Alors sous l'égide de Anne cook et Keathing, suprémaciste blanc et rédacteur en chef du journal local, les secours s'organisent. Ce duo improbable symbolise l'espoir. Et au milieu de cette tourmente des traits de caractère apparaissent, parfois insoupçonnés ou insoupçonnables. Inspiré d'une histoire vraie, Spitzer, en véritable conteur nous peint une formidable fresque historique, nous replongeant avec effroi dans une Memphis ségrégationniste. Lecture exaltante.
.

Glory

Wetmore, Elizabeth

Les Escales

21,90
par (Libraire)
3 septembre 2020

Le 14 février 1976, dans un Texas sexiste et conservateur, a lieu une terrible agressions qui bouscule
la vie paisible d'une bourgade rurale. Gloria Raminez, jeune mexicaine de 14 ans échappe de peu à la mort et à son ravisseur grâce à son courage et à l'intervention de Mary Rosa Whitehead. Prise à partie par une grande majorité de la ville Mary Rosa Whitehead tient tête, elle réclame justice pour Gloria Raminez. Un combat inégal, violent, dont personne ne sortira indemne s'engage. Fresque sociale et féministe, Elizabeth Wetmore prend le parti de donner la voix aux femmes dans un Etat où elles sont peu audibles. Elle décrit avec précision dans quel le climat d’intimidation grandissent et vivent ces femmes. Très belle découverte.

Dévisagée

Gallimard Jeunesse

18,50
par (Libraire)
12 février 2020

bouleversant

Ava est dévisagée.
Dévisagée par les autres : de pitié, de peur, de dégout. Les émotions la traversent.
Dé-visagée car elle a perdu son identité. Ava cherche donc à être un phœnix, créature mystique qui survie au feu. Seulement Ava se trompe, un phœnix ne survit pas au feu... il en meurt, mais pour mieux renaitre.
Dès 14 ans

Moi, Tina Modotti, heureuse parce que libre
par (Libraire)
24 janvier 2020

La passionata rouge

Grande figure oubliée de la photographie mais bien connue des amateurs d'Art, Tina Modotti fut tout au long de sa vie une femme libre, passionnée et engagée. Fuyant l'Europe et la misère, c'est une femme pleine d'espoir qui débarque à San Franscico en 1917. D'une beauté sulfureuse, elle ne tarde pas à se faire remarquer. Tour à Tour mannequin, comédienne, actrice, Tina Modotti suscite bien des passions. Son mariage avec le peintre Roubaix de l'Abrie Richey lui ouvre tout grand les portes des milieux d'avant garde. Mais ce sera sa rencontre avec le photographe Edward Weston qui marquera le premier tournant décisif de sa vie. D'abord modèle puis amante, Tina Modotti s'initie rapidement à la photographie et devient officiellement son assistante. Plusieurs allers-retours au Mexique, pays qu'elle affectionne par dessus tout, l'oriente vers des travaux de photojournaliste. Sensible à l'agitation politique qui secouent le Mexique, elle se rapproche des milieux d’extrême gauche. Petit à petit ses convictions sociales et politiques l'éloignent de Weston. Expulsée du Mexique en 1927 pour sympathie communiste, Tina Modotti retrouve en Europe son ami italien Vittorio Vidaldi, agent soviétique du Komitern. Sa vie bascule à nouveau .Abandonnant définitivement la photographie, elle consacrera le reste de la vie à la lutte armée en s'engageant activement pour le Secours rouge international. Rentrée au Mexique en 1940 après 4 ans de vie clandestine en Espagne, elle meurt d'une crise cardiaque à Mexico en 1942. Tardivement réhabilitée pour la qualité des ses travaux photographiques, Tina Modotti fut avant tout une tragédienne de sa propre vie. Fuyant la misère, elle ne pu échapper à ses propres contradictions.

Ici n'est plus ici
21,90
par (Libraire)
3 septembre 2019

Nouveau venu sur la scène littéraire américaine, Tommy Orange est une belle surprise de la Rentrée Littéraire. Dans un roman choral, à douze voix, il nous dépeint la vie de la communauté Amérindienne d'Oakland, déjouant ainsi tous les stéréotypes classiques.
Indiens citadins comme 70 % de la population indienne d'aujourd'hui, ces personnages n’échappent pas cependant au misérabilisme des grandes métropoles. Pour bien d'entre eux, la violence est au cœur de leur vie, la mort aussi. Et la question de l'identité est en chacun d'eux. Aucun ne se connaissent ou presque pas mais tous convergent vers le Pow Wow, une réunion inter-tribal où chaque tribu apporte avec elle ses traditions. Symbole d'unification, ce Pow Wow est aussi un moment de purification. Mais le sera t-il pour l'ensemble de nos personnages ?
Livre militant, Tommy Orange prend le pari de redonner voix aux Indiens urbains, si peu présents dans l'histoire Américaine. Profond et poétique, Ici n'est plus Ici est un formidable livre sur la question de la mémoire et la transcription de l'Histoire. Belle lecture